Le relais, le partage et la diffusion d’images attentatoires à l’intégrité physique et morale de la personne humaine sont répréhensibles par la loi.

Communiqué CIL

Depuis quelques jours déjà, une vidéo mettant en scène une fille subissant des violences sexuelles de la part de plusieurs individus, est diffusée sur les réseaux sociaux.

La Commission de l’Informatique et des Libertés (CIL) informe l’opinion publique nationale que conformément aux textes en vigueur, le relais, le partage et la diffusion de telles images attentatoires à l’intégrité physique et morale de la personne humaine est tout aussi répréhensible que cet acte ignoble perpétré par ces sinistres individus.

Par conséquent, elle interpelle les citoyens burkinabè à plus de vigilance pour le respect et la sauvegarde de la dignité humaine particulièrement celle de la femme qui est avant tout une mère, une sœur, une fille. 

Commission de l’Informatique et des Libertés, une ambition : « protéger les données personnelles et la vie privée du citoyen burkinabè ».

Ouagadougou, février 2018

DCRP/CIL