CONTROLE DE LA GESTION DES DONNEES A CARACTERE PERSONNEL : Le Guichet virtuel unique de l’administration publique reçoit la CIL

Une  délégation de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL) a effectué une  visite surprise au Guichet virtuel unique de l’administration publique (GVAP) en début d’après-midi du 23 juillet 2019 à Ouagadougou. La présidente de la CIL a salué, à cette occasion, la prise en compte des droits des personnes et la protection des données à caractère personnel par les acteurs du Guichet virtuel.

 Conduite par la Présidente de la CIL,  Madame Marguerite Ouédraogo/Bonané,  la délégation de la CIL a voulu comprendre le mode de gestion des données  à caractère personnel et les soins y réservés.  La délégation a eu droit à une démonstration en temps réel  sur les procédés d’inscription des candidats aux concours directs 2019 et a eu des échanges avec l’équipe du Guichet virtuel dirigée par sa Secrétaire technique, Edith Khogaraboux-Nion Sanou. Après quelques échanges introductifs avec la Secrétaire  technique du Guichet virtuel unique de l’administration publique, c’est le chef de service informatique, Oumarou Zabré qui a fait la démonstration sur les inscriptions en ligne des candidats de la session 2019 des concours directs de la Fonction publique. Il y a deux plateformes sur la page d’accueil des informations d’ordre général, nous apprend-t-il, dans une des salles du Guichet virtuel : une page web, à savoir www.e-concours.bf et une page Androïd. Il précise d’entrée de jeu que les candidats peuvent vérifier la validation des inscriptions faites sur la plateforme.

Comment s’inscrire en ligne ?

Avant tout, le candidat doit disposer d’une adresse e-mail à laquelle la plateforme lui envoie un lien. En cliquant sur ce lien, le candidat découvre un formulaire à partir duquel il renseigne des informations. Une fois ces informations renseignées, le récapitulatif des informations saisies est renvoyé au candidat par la plateforme pour vérifications avant la validation. Le dossier final comportant tous les renseignements demandés est envoyé et facturé à 800 F CFA pour chaque candidature. Le paiement de ce montant se fait soit par sms à partir d’un code que le candidat envoie au 3388, facturé à 800F, soit par compte Orange Money à l’aide d’un code  ou par un compte Mobicash dont le paiement est plus simple à l’aide du numéro de téléphone du candidat. Ce dernier reçoit une information sur le numéro portant le compte Mobicash et procède à la validation tout court.

Quels renseignements le candidat fournit-il dans le formulaire reçu par la plateforme ?

La liste des concours directs selon qu’il s’agit de la catégorie A, B ou C. Là, le candidat clique sur le concours à faire et accède aux conditions d’ouverture du concours qu’il accepte expressément avant de passer à une autre étape. Il donne son e-mail fonctionnel ensuite  par lequel la plateforme lui renvoie le lien sur lequel il clique pour poursuivre l’inscription. Le formulaire qui suit cette étape demande que e candidat renseigne le centre de composition, son identité à l’état civil, le sexe, la date et le lieu de naissance, le numéro de téléphone notamment et celui de la CNIB. Le numéro de CNIB sert d’identifiant pour le candidat et éviter les doubles inscriptions au même concours. Sont demandés ensuite le lieu de délivrance de la CNIB,  l’intitulé du diplôme du candidat, le niveau. Les informations saisies, à cette étape-là, sont passées au peigne fin avec les compléments ou correctifs nécessaires. C’est après cette phase que se fait le paiement des 800 F CFA. Le récépissé du candidat est généré ensuite et doit être téléchargé par le candidat. Le seul coût que le candidat doit payer pour prétendre s’inscrire en ligne pour un concours, étant donné que les sms ne sont pas facturés, nous apprend-t-on.

Les inscriptions en ligne, un chemin de non-retour à encourager

Une équipe d’assistance aux candidats assure une sorte de veille de 8h à 20h, 7 jours sur 7 et les candidats en difficultés peuvent la contacter par téléphone, indique un autre responsable du Guichet virtuel. Des campagnes de communication/ sensibilisation étaient en vue dans le but d’aider les candidats à s’inscrire facilement en ligne, à entendre les responsables du GVAP. Des innovations sont à l’étude pour rendre la connexion accessible aux candidats dans les zones ou régions, ajoutent-ils. Par exemple, rendre disponible le Wifi gratuit dans les gouvernorats sur un rayon  donné. A la date du 23 juillet 2019, et ce depuis le 15 juillet, pour   la catégorie A, 55 000 candidats étaient déjà inscrits en ligne pour les concours direct de 2019, selon les précisions données. Existe-t-il un procédé de sauvegarde des données en cas de difficultés ? le chef de service informatique du GVAP rassure, en réponses, indiquant qu’il y a 4  sauvegardes automatiques des bases de données par jour, en sus des sauvegardes manuelles. Et en cas d’incendie, renchérit-il, la sauvegarde des données peut être faite en 30 minutes.Comment gérer les cas de perte de CNIB une fois l’inscription en ligne terminée ? A cette préoccupation d’un agent de la CIL, le directeur de la regulation et de la promotion du guichet virtuel unique, Mamadou Bandaogo, et ses collègues ont indiqué des vérifications sont authentifiables sur la base des données introduites dans la base de données. Sauf qu’après les inscriptions en ligne, le site ne sera plus accessible et les données ne seront pas forcément disponibles au guichet virtuel unique, puisque « le Guichet virtuel inscrit, mais n’a pas d’accès aux données ». D’où la volonté du Guichet virtuel de faire une interconnexion des données avec l’Office  national d’identification. Après admission du candidat à un councours direct, le travail de vérification revient à l’Agent général de recrutement de l’Etat de procéder à la vérification pour justifier les informations ou renseignement  sur la base des documents physiques que le candidat présentera.

Avec les inscriptions en ligne, les candidats économisent leur temps, évitent les pertes de matériels et minimisent les risques d’accident de route, selon le directeur de règlementation et de la promotion du Guichet virtuel.  « Un chemin de non-retour  qu’il faut encourager», à son avis. Si les candidats sont supposés gagner avec le système des inscriptions en ligne aux concours directs, il y a que ce système peut laisser bien de candidats de côté. Des exclus d’office, au regard de la technicité des opérations, de l’accès difficile des candidats des milieux ruraux ou sémi-urbains à la connexion.

Au terme de la visite, Marguérite Ouédraogo Bonané et sa suite ont salué l’innovation par les inscriptions en ligne aux concours directs. Ils ont assuré le Guichet virtuel de leur disponibilité à l’accompagner pour l’élaboration d’une charte des manuells de procédure pour l’usage internes des données. La présidente de la CIL s’est après tout réjoui de la prise en compte des droits des personnes et de la protection des données à caractère personnel.