Campagne d’éducation au numérique : Après Kolog-Naaba cap sur le lycée Marien N’Gouabi

cil - actualité

Eduquer les élèves du Burkina Faso au numérique, un pari que s’est lancé la Commission de l’Informatique et des Libertés depuis le 28 janvier 2014, date de sa première campagne au lycée Philippe Zinda Kaboré.

L’objectif visé par cette campagne d’éducation au numérique est d’installer chez les élèves, l’habitude de la précaution utile dans l’usage des technologies de l’information et de la communication.
Ce 11 février 2016, c’était au tour des élèves du lycée Marien N’Gouabi de recevoir la caravane de la CIL.

Fort d’un effectif de plus de 3000 élèves, le lycée Marien N’Gouabi, selon son premier responsable, est heureux d’accueillir cette belle opportunité de sensibilisation à un meilleur usage des technologies de l’information et de la communication. Pour lui, il n’est pas rare de croiser des élèves le ‘’nez fourré’’ dans leur téléphone portable en communication sur les réseaux sociaux.
Cela est la preuve de l’attachement de la jeunesse, en particulier celle scolarisée aux TIC. Mais qu’en est-il des précautions à prendre sur la protection des données personnelles sur internet ?
Cette question posée par la plupart des éducateurs trouve un écho favorable dans la campagne d’éducation au numérique initiée par la CIL.

Pour M. Paul YOUGBARE, membre de la Commission, représentant la présidente, il est indéniable que les jeunes, du fait de l’insouciance qui caractérise leur âge, sont des cibles privilégiées des cybercriminels, c’est pourquoi la campagne d’éducation au numérique leur est spécialement dédiée.

Le déroulement de la campagne à proprement dite a concerné en un premier point, une présentation de la Commission de l’Informatique et des Libertés, ses missions et son organisation. Le second point a concerné le thème de la journée à savoir : jeunesse, internet, réseaux sociaux et téléphones portables : risques, pièges quels conseils pratiques pour une utilisation saine et responsable des TIC ?

A travers des projections vidéo et un jeu d’interaction, les communicateurs de la CIL ont su intéresser les élèves au thème développé.
Le jeu qui a précédé les communications a permis à certains élèves de repartir avec des gadgets estampillés CIL. Ce dernier point de la campagne de sensibilisation, au vu de l’engouement manifeste de la cible permet de conclure que la séance a connu un succès.
La caravane de la CIL a les yeux fixés sur d’autres villes où des élèves les attendent certainement. Il s’agira de Gaoua, Banfora, Léo, Koudougou et Kongoussi ...